Toponymie régionale

La vallée

  • Derborence de racines hydronymiques préceltiques et celtiques ce qui signifierait : eau courante s’enfilant dans un entonnoir ou une dépression. On trouve dans plusieurs  documents « la Derborence » pour la Derbonne (nom actuel). S’agirait-il de l‘entonnoir en amont du lac où l’eau s’enfile à environ 1600 mètres pour ressortir à 1450 mètres et qui aurait donné le nom à la vallée ?
    Hydronyme : néologisme grec signifiant ‘nom d’eau’, un hydronyme est un nom donné à un cours d’eau, une étendue d’eau (lac, marais) ou une source.
  • Derboreinze (aujourd’hui : Mayens de Derborence), Herborenze, Derborenchy situés anciennement sur la rive gauche et droite de la Derborence > Derbonne (Torrent de Derbon / Dorbon)
  • Triqueut, Triqueux, Triquent, Trescous, Detrecault : vallée des trois cols (Forclaz, Cheville, Passière / Sanetsch)
  • Lizerne : nom de la rivière principale de la vallée

Communes et villages

  • Conthey (Contegÿ, Contegium) : probablement dû au confluent Morge / Rhône
  • Aven (Avent, Davent Avens, Aveinz) est mis en relation avec la défense de couper du bois et de pâturer; bois mis en défense (Ban d’Aven). Selon Larousse : aven,  n. m. Dans une région calcaire, puits naturel, aux parois abruptes, formé par dissolution ou par effondrement de la voûte de cavités karstiques.
  • Erde (Herdes) : village au milieu des vertes prairies. Mais aussi mis en rapport avec ardoises.
  • Premploz : origine inconnue (prés plats ou champs plats selon Claude  Evéquoz) ; Champ : zan, tzan
  • Vétroz (Vertro, Vertriacum) : éventuellement du nom d’un propriétaire
  • Ardon (Ardunum) : lieu près du ruisseau et du mont (évent. du château)

Alpages

  • Dorbon, Derbon, Dorben, Dorbain est mis en relation avec darbé, derbi, derbiez, derbeczo, pour pin ou sapin rabougri, mais aussi avec taupinière.
  • Vosé (Vozé, Vosex, Vosel) : où abondent les saules marsaults (vorgier, vourze) ; lieu escarpé (Oysel, Osel) ; poche à sel (Ozel).
  • Cheville (Chevelly, Zenelly) : creux, dépression, échancrure de l’arête
  • Cinde (Cindo, Sengloz, Cengloz) : corniche ou vire herbeuse ; ceinture
  • Fenadze (Fenage, Fenazo, Eys Zenayots) : prairies sèches exposées au sud ; nombreux couloirs de pierres et d’avalanches (Zena, Zenali)
  • Mié (Miex) : pâturage du milieu (mi, miez), deuxième échelon de l’estivage
  • Lodze (Loze, Losoz, Lojos) ; loze, lauzon, lauzes : ardoises, dalles pour couverture des toits. Looz, aussi mis en relation avec alpe (L’Haut, L’Au).
  • Vérouet (Viruyt, Véruyt, Viruÿ, Virvouet, Virevoy) : pâturages sur une vire, une corniche d’où on a une belle vue.
  • Eindzon (Einon, Enion, Dision, Deuton, Zô en Zon) : pâturages élevés, de la Chaux (tso, tsâ, zâ, zô), du sommet ; Chaze, Claz, Clar, Chazale : chalet d’En-Zon

Mayens

  • Padouaire : zone marécageuse (captation des eaux)
  • Tsanperron : champs pierreux (Tzan, Zan, Tsan)
    Les Contheysans appellent le lys orangé qu’on y trouve : Perron
  • Maduc (Madouc) : origine inconnue
  • Courtenaz : petite place. Nom d’une famille Courtinanz qu’on trouve en 1539.
  • Besson : mis en relation avec jumeau ; évent. bifurcation (du chemin de la vallée) ; évent. petits bois, fourré (dû aux avalanches)
  • Montbas : au pied de pentes rocheuses
  • Godey (Godet) : gouilles, lac dans les éboulis
  • La Lui (La Luy) : pentes fortement inclinées
  • La Tour (Tor, Thor) : évent. en relation avec les pyramides de cornieule, de gypse
  • Servaplana (Sarvaplana), Selvaplana : forêt plane, enceinte plane
  • Motelon : colline, mamelon, éminence ; la poya ou podium de Motelon
  • Servi : pâturage des bois
  • Grand-Jeur (Dzeu) : mayens sous la grande forêt
  • Airette (Lairettaz, Lirette) : aire, surface, champ pâturage

Sommets

  • Les Diablerets – Saix ou Scex des Diablerets : face impressionnante, considérée comme infranchissable, soumise à des éboulements de pierres, représentant une puissance apeurante, siège de grondements étranges, ainsi comparée à l’esprit inquiétant du Diable
  • Haut-de-Cry : sommet du cry (crêt, crête)
  • Mont à Cavouère : queue (cauda), fin (limite de territoire)
  • Mont-Gond : origine inconnue (carte topogr. de 1922 = pointe de Clore > alpage de Flore)
  • La Fava : mis en relation avec la forme d’une fève

Divers

  • Au : alpe, pâturage
  • Bou : bois
  • Burloz, Borloz : forêt brûlée
  • Chaux : pâturage élevé
  • Derochia ou derotschia : précipices, dérochoir (décrochement de l’éboulement des Diablerets)
  • Ecorchia, Ecoo : écorché par un éboulement (Ecorchia ou Ecorcha = Forêt vierge de Derborence)
  • Fado, Faye, Fay, fayet, Fayot : pâturage pour moutons (pratiqué autrefois sous la route de la vallée)
    Fado = lieu-dit > hêtraie à l’entrée de la vallée
  • Liapey, Liapec : pierrier, éboulis
  • Lapiès, Lapiaz : rochers rongés par les eaux
  • Linvoua : langue gazonnée
  • Lytroz, Itre : abri (pour la fabrication du fromage)
  • Pessot, Pissot : petit ruisseau, cascade
  • Poteu : passage difficile (Poteu des Etales / Porteur de bois = Montée au Sanetsch)
  • Seya : crête
  • Tassonnaire : terrier du blaireau (le tasson) / lieu-dit > partie inférieure de la rive-gauche de la Lizerne
  • Treutze : bec rocheux, rocher escarpé
  • Vire : corniche