Aigle royal

Aquila chrysaetos

Il appartient à la classe des Accipitridés. Parmi le genre Aquila, celui des aigles, l’aigle royal est l’espèce la plus répandue. De la montagne méditerranéenne (voir tropicale) aux frontières arctiques, l’aigle royal a pu conquérir de vastes territoires qui n’ont pour seul point commun que l’absence de couvert végétal dense.

Effectif

En Europe où est présente la sous-espèce Aquila chrysaetos chrysaetos, la situation n’est pas uniforme. Dans certaines zones comme l’Europe de l’Ouest et du Nord, la chute des effectifs enregistrées suite aux persécutions humaines et à la destruction de l’habitat semble avoir été freinée par mesures mises en œuvre pour sa protection. Toutefois les nuisances humaines sont encore la cause de nombreux échecs de nidification (piste forestière, chasse photographique, escalade, parapente, tir, etc.).

Habitat / Territoire

Le domaine vital de l’aigle royal est partagé en deux zones plus ou moins distinctes : le site de nidification et le territoire de chasse.

Les aires

Il n’y a aucune règle précise quant à leur localisation. Leur seul point commun est qu’elles permettent d’abriter le ou les aiglons des coups de soleil et des fortes intempéries. L’exposition (majoritairement Nord) varie avec l’altitude (entre 1000 et 2000 mètres).
L’aire est située le plus souvent dans une paroi rocheuse calme, au niveau de l’étage montagnard et est constitué de branchages divers qui assurent solidité; les jeunes rameaux de conifères semblent protéger les nids des parasites.
Chaque couple possède entre 2 et une quinzaine d’aires et a tendance à changer de nid chaque année.
Il semble exister une "bulle" territoriale incompressible d’environ 800 mètres autour des aires et qui est défendue bec et ongle contre les intrus (autres aigles, hommes, deltaplanes, etc.).

Le territoire de chasse

L’aigle chasse la plupart du temps en milieu ouvert (exception faite de gros oiseaux qu’il peut venir "cueillir" à la cime des arbres en milieu forestier. Sa superficie est d’environ 100 km² et englobe le plus souvent le site de nidification. La majeure partie des terres de chasse sont situées à une altitude supérieure à celle de l’aire, ce qui permet pendant la période de reproduction de ramener des proies plus ou moins importantes (marmottes, cuisse de chamois) aux jeunes. En effet les aigles ne peuvent en principe que descendre lorsqu’ils transportent une proie.